Epervier d'Europe         (Accipiter nisus (L.))

Carte de reproduction altas 1984-1992

Echelle de présence durant l'année

Commentaires sur les citations 1997-2000

Atlas de reproduction (Enquête 1984-1992 - maille de 5x5km)

Echelle de présence durant l'année

Présence mensuelle de l'espèce
J F M A M J J A S O N D

Commentaires sur les citations 1997-2000

Document sans titre Très peu de données concernent la nidification de cette espèce bien répandue en
Limousin, mais très discrète. Notons l'absence d'indices de reproduction en 1999, si ce
n'est quelques observations de juvéniles. Les premières parades sont constatées dès le
05/03/00 à Limoges (87-GayJ). Toujours en 2000, un observateur indique la présence de
15 couples maximum sur un secteur non précisé de Creuse (23-DubP).
Les données d'éperviers en migration sont plus nombreuses (13% des données),
notamment grâce au suivi réalisé par un observateur à Meymac (19-AlbD). Cela témoigne
d'un passage non négligeable à travers la région. La date la plus précoce d'individu
en migration postnuptiale est le 24/08/99 à Davignac (19-SEPOL). La majeure partie du
passage a lieu au mois d'octobre. Un individu est encore observé migrant en direction
du sud-ouest le 05/11/98 à Meymac (19-AlbD).
Peu d'oiseaux sont contactés en migration prénuptiale. Celle-ci commence dès le
01/02/00 à Neuvic (19-SelS) et se poursuit jusqu'en mars. La chasse aux passereaux est
couramment observée. Elle peut se révéler très spectaculaire, tel cet individu chassant
"les moineaux sous les caddies" de supermarché, le 12/09/99 à Boisseuil (87-CouR). Mais
le vol fulgurant de l'épervier comporte aussi des risques, et des individus morts sont
régulièrement découverts au pied des baies vitrées (au moins 8 cas lors de la période
considérée). Enfin, signalons un cadavre le 05/02/00 à Chatelus-le-Marcheix (23-SotJ),
"découvert sur une souche, sans la tête et le poitrail semblant seul avoir été attaqué".