Présentation de l'enquête

Historique

Comme en 2002 avec les hirondelles, puis en 2003 avec le coucou et la huppe, la SEPOL lance une grande enquête dés cet automne et jusqu'au printemps 2004 (du 15 novembre 2003 à début Mars 2004) sur le Pigeon ramier aussi appelé "palombe".

Cette opération relayée par les médias s'appuie sur des pages web crées sur site de la SEPOL et sur des fiches d'observations spécifiques disponibles au local de la SEPOL (11 rue Jauvion à Limoges).

Pourquoi une enquête sur le pigeon ramier ?

Cette espèce est connue de tous, le pigeon ramier niche partout dans nos campagnes et de plus en plus dans les parcs et jardins des villes (à ne pas confondre avec les pigeons des églises et des monuments qui se rassemblent par dizaines aux pieds des passants pour quémander leur nourriture). A cette population locale s'ajoute en automne et en hiver des palombes qui viennent du nord de l'Europe (Belgique, Pays-Bas, Danemark, Allemagne de l'ouest...), certains font halte en Limousin, d'autres ne font que passer pour rejoindre leurs quartiers d'hiver souvent dans le Sud-Ouest de la France. Enfin, une autre population venant de contrées plus lointaines encore (Scandinavie, partie Est de l'Allemagne, Tchéquie...) ne font que passer au-dessus du Limousin pour aller dans le Sud de l'Espagne et du Portugal (cette population passe donc les Pyrénées).

A partir de mi-novembre ces trois populations sont visibles dans notre région mais rien ne permet de distinguer un pigeon Finlandais, d'un Belge ou d'un Limousin hormis la technique du baguage réservée a des spécialistes assermentés.
Pourtant, les observations de leurs comportements (mouvements migratoires, dortoirs, lieux de gagnage, tailles des groupes...) au cours de l'hiver peuvent nous apporter énormément de renseignements. La SEPOL veut donc associer un maximum de personnes à cette enquête.

Qui peut être concerné par cette enquête ?

N'importe qui peut participer, enfants ou adultes, promeneurs, randonneurs, passionnés de la "palombe", qu'ils soient chasseurs ou pas. Toutes les observations nous intéressent même la plus succincte, comme un pigeon ramier observé dans un jardin sans précision supplémentaire pourvu que l'on puisse la localiser.

Méthodes et objectifs :

Nous souhaitons obtenir un maximum de citations de pigeons ramiers en hiver (15 novembre à fin février). Les observations d'un seul oiseau nous intéressent aussi, en ville ou à la campagne.

Objectifs :

- essayer d'identifier les habitudes hivernales des sédentaires et des migrateurs
- repérer un maximum de dortoirs
- connaître la taille des groupes
- repérer des variations d'effectifs
- repérer les zones les plus fréquentées
- identifier des habitudes alimentaires
- mieux connaître les milieux qu'ils affectionnent (type de paysage, altitude...)

Méthodes de prospection :

- aléatoire, hasard d'une promenade
- suivi plus régulier des espaces familiers (jardin, village...)
- recherche plus systématique dans les champs
- se poster sur un point haut en fin de journée pour repérer les groupes qui vont aux dortoirs
- observation de migrations en hiver
- ne pas hésiter à noter les mêmes oiseaux (dans un jardin...) à plusieurs jours d'intervalles pour contrôler leur présence tout au long de l'hiver

Prises de notes :

- ne jamais cumuler les effectifs mais noter chaque groupe, même à l'unité
- une feuille correspond à un lieu-dit et à une date (en général)
- possibilité d'utiliser la même feuille pour différentes dates si il s'agit du même lieu dit (pour les suivis réguliers de son jardin par exemple)